Heartland Reggae DVD ( One Love Peace Concert ) 1978-04-22

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heartland Reggae DVD ( One Love Peace Concert ) 1978-04-22

Message  gillouman le Mer 29 Déc - 14:56





Le peace concert eut lieu au National Stadium de Kingston .Il fut l'apothéose de la carriére de bob marley, du moins en Jamaïque. Les préparatifs furent fiévreux à Hope Road, ou les Wailers répétaient sous la protection de lourdes forces de sécurité.voir ici pourquoi
Le concert avait lieu un samedi, et toute la journée les rues de Kingston furent pleines de monde en route pour le stade.Le bruit courait que les trois Wailers originaux se réuniraient pour ce moment historique.Mais s'il est vrai que Peter Tosh avait donné son accord pour jouer avec son propre groupe,Bunny Wailer,lui,boycottait le concert-il pensait,comme beaucoup de Jamaïcains,que le Peace Movement n'était qu'une utopie.Pour Bob,le concert avait déjà eu au moins un effet positif.Il l'avait ramené chez lui.
La nuit n'était pas encore tombée que le stade était plein. Au premier rang se trouvaient le Premier ministre Manley,le chef de l'opposition Edward Seaga et l'élite politique et judiciaire jamaïcaine.Mick Jagger (qui après le concert signerait Peter Tosh au label de son groupe) était assis bien en vue près de la scéne. Des centaines de policiers armés jusqu'aux dents surveillaient la foule, prêts à intervenir au moindre incident.Pendant la première moitié du concert se succéda la crème des jeunes chanteurs, trios et dee-jays jamaïcains, accompagnés par le groupe de Lloyd Parks.
Ensuite venait Peter Tosh et Word Sound and Power, propulsé par la centrale rythmique de Sly Dunbar et du bassiste Robbie Shakespeare.Le téméraire Tosh regarda devant lui et s'aperçut qu'il avait à sa merci toute la classe politique jamaïcaine.Il n'allait pas laisser passer un si belle occasion.Pointant un long doigt noir vers l'élite blanche et créole du pays, Tosh fit un discours d'une demi-heure sur l'economie politique rasta et sur les maux du systéme,le << shit-stem >> comme il l'appelait.Puis il lança ouvertement un défi à tout ce monde en allumant un énorme spliff de ganja.Le monologue de Tosh était aussi obscène que courageux, et il offensa profondément les politiciens en décrivant les conditions de vie des pauvres: << Je veux un peu d'huile pour faire cuire mon repas, et je peux même pas trouver ça.Nous devons mettre de l'ordre dans ce pays et éliminer le shit-stem, pour que les Noirs pauvres cessent de vivre dans la confusion, car les gens qui ont faim sont des gens en colère. Nous ne sommes pas des politiciens, mais nous subissons les conséquences.Vous voyez pas ?
<> Dans les premiers rangs, les politiciens et les officiers supérieurs de police bouillaient de rage devant l'arrogance de Tosh , mais en haut dans les tribunes du stage la foule, debout, acclamait Peter. ( Un mois après le Peace Concert Tosh fut arrêté devant un studio d'enregistrement et sévèrement tabassé au poste de police.) voir ici

Il etait presque minuit lorsque, dans un tonnerre d'ovations,Marley bondit sur scène et que Trench Town Rock explosa. Le stade entier semblait trembler tandis que Bob, vêtu de jeans et d'une tunique de jute, ses locks tordues comme des pythons, menait une foudroyante démonstration du pouvoir du reggae-rock. Les wailers interprétèrent essentiellement les chansons d'Exodus ; Bob chanta Natural Mystic avec tendresse et assuma sa redoutable pose en croix pendant War. L'apothéose eut lieu sur Jamming, pendant lequel Bob Marley demanda a Michael Manley et à Edward Seaga de le rejoindre sur scéne pour symboliser le soutien du pouvoir au Peace Movement. Edward Seaga réagit immédiatement, mais Manley hésita. Il ne pouvait s'empêcher de penser que le Peace Movement n'était qu'une cynique invention du JLP pour débarrasser ses escadrons de tueurs de la répression policière, et l'idée d'être vu serrant publiquement la main de Seaga lui répugnait. Manley savait que l'armistice des Douze Tribus ne durerait pas. Mais il finit par monter sur scène et se tint à côté d'un Marley extatique qui , saisissant la main des deux aînés,les leva et les réunit au-dessus de sa tête pour que tout le monde les vît. Ce fut pour la Jamaïque un moment électrique, historique et étrange. Car tandis que le petit chanteur entre eux finissait sa chanson, Manley et Seaga,leurs mains toujours jointes au -dessus de sa tête, semblaient se pétrifier, mal à l'aise et distants.(Plus tard, en regardant une vidéo de cette scéne, Marley dira: << Ils n'ont pas la conscience tranquille.>> A un autre ami il déclarera en riant qu'il aurait dû profiter de l'occasion pour les tuer tous les deux.) Le concert se termina par Jah Live, la plaidoirie rasta pour l'unité et la fraternité.
extrait de Bob Marley (biographie de Stephen Davis) voir ici et et la bas


_________________
one love and guidance !

https://www.facebook.com/gilles.dupont.54943

...De tous soucis,de leur pouvoir
J aime un instant m'abstraire,
et passer les heures du soir
dans une humble prière.
Je retiens les bienfaits d'hier,
ceux de demain j'implore,
avatar
gillouman
Admin

Messages : 620
Date d'inscription : 22/09/2010
Age : 52
Localisation : lille

Voir le profil de l'utilisateur http://bobmarley.zikforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum